Informations et actualité

Lu dans CHARENTE LIBRE :

Par Laurence GUYON, publié le 18 juin 2017 à 22h07, modifié le19 juin 2017.
Le CIDFF prépare le lancement d’un groupe de parole pour les jeunes orphelins. Pour les aider à dire leur souffrance.
Depuis sept ans, Marie-Noëlle Chaban accompagne les veufs ou veuves pour le CIDFF (1) : « Dans les groupes de parole, je reçois surtout des femmes en veuvage précoce, qui font état de la souffrance de leurs enfants, et de l’absence de lieux dédiés pour ceux qui vivent ces situations. »

Avec sa collègue Anne-Véronique Durieux, psychologue au CIDFF, elle a réfléchi à la mise en place d’un groupe de parole pour les jeunes ayant perdu un parent. Elles ont répondu à un appel à projets de l’Ocirp (2).
« Notre dossier a été retenu », racontent-elles. La première étape a été, le 30 mai, l’organisation d’un colloque sur ce sujet, pour sensibiliser les professionnels comme les médecins, les psychologues, les enseignants. La deuxième, c’est d’informer le grand public sur ce projet de groupe de parole.
« Envie d’être reconnus »
« Ça existe déjà dans la région », explique Marie-Noëlle Chaban, qui donne les grandes lignes d’une enquête : « Les orphelins ont envie d’être reconnus comme tels, mais pas stigmatisés. Ils sont invisibles, on n’a pas conscience de leur souffrance. Et puis, on ne parle pas de la mort, c’est tabou. »
Pour les aider, elles ont réfléchi à des outils adaptés : « On travaille à partir d’images, de dessins, de peinture, de pâte à modeler, en plus de la parole libre, décode Anne-Véronique Durieux. Le jeune prendra conscience qu’il n’est pas tout seul à vivre ça. On fait aussi de la prévention pour la suite ».
Les séances, au rythme d’une tous les 15 jours, s’étaleront sur trois mois (3). « Et ce sera gratuit », soulignent les deux femmes.
(1) CIDFF : Centre information sur les droits des femmes et des familles. 
(2) L’Ocirp, organisme commun des institutions de rente et de prévoyance, finance déjà les actions autour du handicap, du veuvage ou de la dépendance. Ce projet a aussi le soutien d’Humanis. 
(3) Renseignements au CIDFF Charente, 16, rue des Boissières, à Angoulême.Tél. 05.45.92.34.02. Courriel : orphelins16ocirp@gmail.com.